Rechercher

Comment choisir son nutritionniste ?

Mis à jour : janv. 16


© Shutterstock

Tout d’abord vérifiez si celui-ci est bien diplômé, d’une école reconnue.

Effectivement en Suisse le terme « Nutritionniste » n’est pas soumis à l’obligation d’une formation, il faut donc se méfier. Toutes les formations ne se valent pas ! Certaines écoles proposent des approches spirituelles et autres bizarreries, hors si vous cherchez un nutritionniste, vous cherchez un professionnel de la santé qui a une connaissance parfaite en nutrition, mais aussi qui connaisse les pathologies afin de pouvoir vous accompagner dans votre éventuelle maladie et surtout ne pas mettre en place des mesures qui seraient délétère pour votre santé !!!

Les certifications ASCA et RME garantissent que le praticien est diplômé d’une école reconnue.

Ensuite renseignez-vous sur l’approche du nutritionniste.

Aujourd’hui la plupart d’entre eux ont un site internet où leur approche est expliquée, et le bouche à oreille est aussi une bonne source d’informations.

Si vous voyez qu’il conseille surtout un régime en particulier pour tous ses patients sans distinction, type « sans gluten – sans lactose », « high fat – low carb », ou promet de faire maigrir les patients rapidement avec une diète à 800 calories, il est préférable de l’éviter, puisque vous pourriez faire les mêmes bêtises tout seul en lisant internet sans payer pour une consultation.

Enfin, et non des moindre, le nutritionniste n'est pas un médecin, il ne doit donc pas se substituer ou remettre en cause un traitement prescrit par votre docteur.


L’approche du professionnel

Il n’existe pas une diète qui puisse fonctionner pour tout le monde ! C’est la base.

Tout d’abord parce que l’alimentation doit être adaptée en fonction des différentes pathologies : diabète, hypertension, maladies rénales… mais aussi grossesse, allaitement, adolescence…

Pour fonctionner un régime doit être confortable pour la personne qui le suit, sans quoi on arrive toujours à un effet yoyo. Typiquement une personne jeune amatrice de junk food aura toutes les peines du monde à respecter une alimentation pauvre en glucides à base de légumes verts et de poisson. Car perdre du poids ce n’est pas une question de volonté !

On peut essayer de prendre le dessus sur notre organisme quelques jours ou quelques semaines, mais pas plus.

Pour réussir il faut donc instaurer des changements profonds mais qui permettent au patient de garder ce mode d’alimentation toute sa vie.

Par contre il y a des pathologies pour lesquelles un régime plus strict devra être mis en place. Pour ces cas le praticien doit accompagner la personne malade, tout d’abord en l’aidant en lui donnant tous les outils pour connaitre tous les aliments autorisés ou interdit ; puis en établissant des menus et en fournissant des recettes facilement réalisables à la maison ; et enfin en étant disponible par téléphone ou mail pour les questions qui se poseront dans les jours qui suivront le démarrage.


Les compléments alimentaires

Aujourd’hui l’amoindrissement en vitamines et micronutriments de nos fruits et légumes poussent les nutritionnistes souvent à juste titre à prescrire ou vendre des compléments alimentaires.

Sauf que de vendre aveuglément le même kit de compléments à tous les patients me semble anti déontologique, car nous n’avons pas tous les mêmes carences ou besoins ; qu’il faut tenir compte des éventuels traitements médicamenteux en cours, et enfin que tous les patients n’ont pas les moyens financiers pour une complémentation aux coûts de 100 à 300 Chf.

Si votre nutritionniste vous propose des compléments, demandez une explication claire et si c’est lui qui les vend directement ne vous sentez surtout pas obligé de lui acheter, et notez plutôt les noms pour les trouver moins chers en pharmacie en Suisse ou en France.


Coach sportif nutritionniste

Il existe beaucoup de coach sportifs qui sont nutritionnistes, certains sont diplômés d’écoles reconnues, mais la plupart du temps ils n’ont fait que la partie « nutrition » de la formation, hors il y a d’abord une grosse partie Anatomie Physiologie qui est indispensable pour comprendre le fonctionnement du corps et une partie colossale de Pathologies approfondies qui enseigne les différentes maladies.

Ensuite il y a aussi la connaissance qui s’acquière en pratiquant, et un nutritionniste en cabinet en aura beaucoup plus qu’une personne qui fait d’abord des entraînements sportifs.

Cependant pour un marathonien ou un haltérophile, il aura des compétences assez complètes pour l’aider à progresser dans son sport, grâce à la nutrition et aux conseils sportifs combinés.


Consultation en cabinet ou visio ?

Il est super pratique pour le patient comme pour le nutritionniste de faire une consultation en vision par WhatsApp ou Face time. Le patient n’a pas besoin de se déplacer et d’attendre dans la salle d’attente en cas de retard.

Cependant pour une première consultation il est important que le nutritionniste et le patient se rencontrent pour de vrai et établissent une relation de confiance et d’échanges.

Pour une consultation à distance, il est intéressant de préparer sur une feuille vos éventuelles questions, car on a tendance à laisser moins le temps aux bavardages.

Demandez si la consultation à distance est moins chère, surtout que celle-ci est souvent un peu plus courte.


Quel est le prix d’une consultation ?

Le prix peut être assez variable, à Genève c’est généralement entre 150 et 190 Chf pour la première consultation, puis entre 120 et 160 Chf pour les suivantes.

Les praticiens demandent un paiement sur place à l’issu de la consultation, renseignez-vous de la possibilité de payer par carte ou téléphone, ou si seule le cash est accepté.

Pour les nutritionnistes certifiés ASCA ou RME, certaines assurances complémentaires prennent en charge une partie du montant de la consultation. Mais téléphonez à votre assurance avant la consultation pour vérifier.

Pourquoi ce prix ? Le nutritionniste doit payer le loyer pour son cabinet, ses charges de fonctionnement, ses assurances, ses affiliations et ses charges sociales.


Combien de consultations ?

Il est très rare que des changements efficaces fonctionnent avec une seule consultation, car tout le monde ne réagit pas pareil physiologiquement et psychologiquement.

Alors il est nécessaire de faire des adaptations et souvent les changements doivent s’effectuer en plusieurs étapes.

Ensuite quand tout va bien, il est intéressant pour le patient de revoir son nutritionniste de façon épisodique soit pour mettre en place une phase de stabilisation, soit pour rester motivé et vigilant à un éventuel laxisme qui s’instaure l’air de rien.

Les chiffres sont donc très variables, mais en moyenne on peut dire que 3 consultations les premiers mois, puis une consultation 12 mois après le début du régime sont la norme.

Si après la première consultation, il ne vous parait pas évident de programmer un deuxième rendez-vous, prenez le temps de démarrer le régime prescrit et voyez ensuite si vous avez envie de continuer avec ce nutritionniste.

Par contre si les conseils prodigués vous paraissent farfelus ou à l’encontre de vos inspirations, alors ne donnez pas suite. Il est préférable de prendre des renseignements avant la consultation, au risque de dépenser le prix d’une consultation pour rien.

Cependant en cas de mauvais contact avec un nutritionniste, si vous allez en voir un autre, expliquez-lui dès le début de la consultation votre mauvaise expérience.




#nutritionniste

31 vues

Suivez Charlotte Niklaus :

  • Facebook Clean Grey
  • Instagram Clean Grey
  • YouTube Clean Grey

Tél : 079 555 94 25

© 2019 par Grunge Castle Studio